PETROCHIMIE ET COSMETIQUES

Il faut vraiment que je corrige mes articles avant de les publier. Je vais passer pour une mauvaise journaliste de magasines féminins – l’autre jour ils ont mis en gros titre sur leur page web « pallier à ». J’aime les coquelicots estivaux et les petits lapins gambadant gaiement dans les prairies verdoyantes, moins les parabens et sels d’aluminium (je tiens à mes seins). L’autre jour, je me savonnais amoureusement sous la douche – comme j’ai l’habitude de le faire – et le lisais les étiquettes des gels douches (je ne mange pas de céréales et je ressens ce besoin de lire des choses sans intérêt). Je précise que je n’étais pas chez moi, puisque j’utilise un savon donc je n’ai a priori pas grand chose à lire… Je m’égare, venons-en au fait: C’est-y possible que les grandes enseignes nous prennent pour des truffes? Mais oui ça l’est. Yves Rocher par exemple, c’est tout beau tout mignon, ça sent la nature, le bien-être made in France (Morbihan représente!), mais ô surprise, les petits gels douche sont truffés de parabens – leur nocivité n’est plus à prouver. De même pour plein d’autres marques qui fleurent bon le naturel et la santé: Klorane le pouvoir des plantes (et des dérivés du pétrole), Mustela le lait pour les petits bébés d’amour avec des parabens… Le comique de la chose, c’est que tous démentent le caractère dangereux pour la santé de ces composants, mais lancent en parallèle des gammes « sans paraben, sans phénoxyéthanol et sans phtalate ». Bref, nous sommes pris pour des andouillettes grillées. Alors soyez fous les loulous, regardez de temps en temps les étiquettes et ayez un oeil critique.

%d blogueurs aiment cette page :